Et après ?

Ces derniers jours on entend parler du jour d’après, de lorsque nous serons revenus à la normale. Mais comment et quand allons-nous sortir du confinement ?

Comme souvent pour répondre à la question comment se sera après, il est bon de regarder comment ça s’est passé avant.

Du 22 janvier 2020 au 22 février 2020 nous sommes passés de 0 cas de covid19 à 11 cas :

Évolution du nombre de cas de covid19 en France du 22 janvier 2020 au 22 février 2020

Rappelez-vous, c’était l’époque où l’on apprenait qu’il y avait 5 cas dans les Alpes : des touristes anglais dont un qui avait décidé de faire un crochet par les pistes de ski de retour de Singapour.

Dans la semaine qui a suivi, du 22 au 29 février, nous sommes passés de 11 cas à 139 cas en 7 jours :

Évolution du nombre de cas de covid19 en France du 22 février 2020 au 29 février 2020

La suite, vous la connaissez :

Évolution du nombre de cas de covid19 en France du 22 janvier 2020 au 5 avril 2020

Le nombre de cas explose en finalement très peu de temps. Depuis, nous nous sommes confinés et nous espérons que cela aura pour effet de diminuer le nombre de cas par jour, de limiter le nombre de décès.

Le but du confinement n’est pas d’éradiquer le virus. Il s’agit de limiter sa propagation pour permettre au service de santé de s’adapter à l’arrivée massive de personnes en forte détresse respiratoire. Nous voyons que cela fonctionne : depuis un mois, tous les services hospitaliers se sont transformés en service de réanimation et même si le nombre de décès par jour est inquiétant, même si le taux de mortalité explose, nous observons que le nombre de personnes guéries du covid19 suit également une courbe exponentielle :

Nous voilà donc à imaginer « le jour d’après ». Cette question est cruciale. Nous avons réussi à mettre en veille l’économie, et pour le moment les moteurs de l’économie ne sont pas encore grippés, il faudra bien un jour remettre la machine en route. L’objet de cet article n’est pas de savoir si nos économies seront profondément changées, si les ultralibéraux vont moins dominer la pensée de nos dirigeants mais d’essayer d’anticiper quel chemin la reprise d’activité va prendre et à quelle échéance. Deux options sont possibles :

  • Méthode Suédoise ou Néerlandaise : on espère atteindre l’immunité collective. Suffisamment de personnes ont été touchées par le covid19 et nous pouvons reprendre nos activités normalement. J’ai l’impression en entendant les commentateurs que c’est l’image que nous avons de la sortie du confinement : un retour « à la normale ».
  • Méthode asiatique : nous cherchons à contrôler la propagation en adoptant des règles d’hygiène draconiennes, en testant de manière systématique un maximum de personnes et en confinant tous les cas suspects et leurs proches. C’est le chemin que semble prendre également l’Allemagne.

Pour savoir quelle sortie de confinement nous allons choisir, il est nécessaire de savoir où nous en sommes par rapport à l’immunité collective.

Est-ce que nous sommes proches de l’immunité collective ?

L’immunité collective est atteinte lorsque suffisamment de personnes ont attrapé le virus et que ce dernier n’arrive pas à trouver d’hôtes pour se propager. C’est le principe de la vaccination. On estime généralement cette immunité collective à 60% d’une population. Sommes-nous proche de ce seuil ?

Le nombre de cas de covid19 réel n’est pas connu. Il est donc difficile de répondre à cette question. Nous pouvons néanmoins en avoir une estimation à partir du taux de mortalité du covid19. En effet, nous avons vu que le taux lié uniquement à la maladie devrait être autour de 1%. Ainsi, nous pouvons estimer le nombre de cas réel de covid19 dans un pays en estimant qu’il est égal à 100 fois le nombre de décès. C’est une approximation grossière mais cela nous permet de nous donner un ordre de grandeur du nombre de personnes réellement touchées par le covid19 :

Sommes nous encore loin de l’immunité collective ?

Pourcentage de personnes infectées estimées en fonction de la population totale en France.
Axe vertical en puissance de 10. L’objectif est celui de l’immunité collective à 60 %

Si nous extrapolons la droite obtenue, nous avons l’impression que l’objectif de l’immunité collective sera atteint d’ici un mois ou deux. C’est ce genre de raisonnement qui a fait dire au gouvernement britannique qu’il était inutile de confiner le pays, qu’il était préférable de laisser la chose se faire afin de sortir plus vite de la crise tout en maintenant l’économie. Mais, depuis, les anglais se sont ravisés car le prix à payer de cette immunité est une crise sanitaire terrible avec des morts qui se comptent par centaine de milliers, voire par millions.

Il faut bien réaliser que le confinement a pour objectif de justement sortir de la croissance exponentielle. Autrement dit, nous ne pouvons pas extrapoler la courbe obtenue par une droite : nous nous sommes confinés justement pour ne pas suivre cette droite et contrôler la propagation du virus. Pourtant nous entendons des commentateurs, analystes et hommes politiques parler du jour d’après comme s’il s’agissait du jour d’après le covid19.

Je ne pense donc pas qu’il soit raisonnable d’envisager une sortie de confinement sur la base d’une immunité collective. Je pense que nous serons encore loin de l’immunité collective au moment de la sortie de confinement.

Alors à quoi ressemblera le « jour d’après » ?

En ce moment, durant les jours d’avant, lorsque nous nous faisons livrer des colis, le livreur le dépose sur le pas de la porte. Lorsque nous croisons des personnes, nous faisons un pas de côté. Lorsque nous ramenons quoique ce soit de l’extérieur de nos foyers, nous laissons l’objet reposé quelques heures avant de le prendre à main nu.

Imaginez-vous qu’il soit possible dans un mois ou deux de voir une scène comme celle ci dessous ?

Je pense que notre sortie de confinement ne pourra passer que par des règles d’hygiènes très strictes : porter des masques, faire des tests de manière systématique, éviter tout rassemblement, confiner de manière inflexible toute personne atteinte et leurs proches. Rappelons-nous que dans la plupart des pays le covid19 est partie d’une toute petite poignée de personnes. La période de sortie de confinement sera une période très très sensible où nous ne serons pas à l’abri d’une seconde vague. Seconde vague qui pourrait être plus terrible encore si elle frappe un système de santé déjà bien affaibli par la première.

Nous devons donc nous préparer à encore plusieurs semaines de confinement et à une sortie où nous devrons apprendre à adopter une discipline à laquelle nous ne sommes pas très habitués. Quand à l’ouverture des établissements scolaires, attendons ce que décideront les conseils scientifiques, mais je pense qu’il serait plus sage d’annoncer, dès maintenant, comme l’ont fait certains pays, que ça ne sera pas possible avant le mois de septembre. Chaque établissement scolaire est un foyer potentiel. Rappelons-nous qu’il a fallu 2500 personnes rassemblées à Mulhouse fin février pour enclencher l’épidémie en France. Un établissement scolaire c’est autour de 1000 personnes réunies quotidiennement qui se croise dans des couloirs exigus à chaque heure ! #RestonsChezNous et comprenons que le jour d’après le covid19 n’est pas du tout le jour d’après le confinement loin de là. Le jour d’après le covid19 sera lorsque nous aurons des traitements efficaces reconnus, lorsque nous aurons un vaccin efficace. Autrement dit des échéances qui ne se comptent pas en semaine mais en mois.

[photo de couverture : The great empty – NYTimes]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s